L’archive du mois de janvier 2019 !

Actualités

Lumière sur… Le temple protestant du Cap Ferret

LES ARCHIVES MUNICIPALES DE LÈGE-CAP FERRET ONT POUR VOCATION DE CONSERVER LES ARCHIVES PUBLIQUES, MAIS AUSSI DES DOCUMENTS PRIVÉS, UNIQUES ET PARFOIS PERSONNELS. TOUS LES MOIS, DÉCOUVREZ UN DOCUMENT INÉDIT SUR VOTRE COMMUNE ! PAR SON INTÉRÊT HISTORIQUE, SON ASPECT ESTHÉTIQUE, OU SON ORIGINALITÉ, CE DOCUMENT TÉMOIGNE DE LA MÉMOIRE LOCALE.

Les vitraux de nos églises et villas d’exception sont à l’honneur dans la nouvelle revue municipale Presqu’île n°72. Vous y admirerez pour la première fois les magnifiques vitraux de la villa L’Argentine au Cap Ferret.

L’archive du mois prolonge cette découverte des églises de la commune à travers l’histoire méconnue du temple protestant du Cap Ferret. Sa genèse est racontée par le pasteur André Richardot, en poste de 1956 à 1964 à Arcachon.

Problèmes de célébration

« Dès l’hiver 1956-57, à peine en piste dans mon nouveau poste (Arcachon), Mme veuve Georges Reuss, épouse du pasteur Reuss, attire mon attention sur les problèmes que pose la côte ouest du Bassin, et dont son mari, malade et sans moyen de desserte, n’a pu s’occuper comme il l’eût souhaité. L’afflux, en week-end, et davantage en vacances, de propriétaires de villas sur la côte ou d’amateurs du Bassin, particulièrement de Bordeaux, mais aussi, pour les vacances, des Charentes, de la région parisienne, du Nord, etc.… pose le problème du local pour célébrer les cultes. Madeleine Reuss me signale le ménage Guy Roullet – Madeleine Vieljeux, particulièrement intéressé par cette question. Je pris contact avec eux dans le cours de l’hiver. Les renseignements qu’ils me donnèrent sur la fréquentation protestante sur cette côte du Bassin confortaient ce que m’en avait dit Mme Reuss. »

Le pasteur André Richardot, lors de l’inauguration du temple protestant du Cap Ferret le 7 juillet 1963 (fonds David Lawton, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

Préparer le terrain

« Nous décidâmes de tenter l’affaire : ils s’inscrivaient eux-mêmes pour une somme importante (environ 10% de la dépense) et se faisaient fort de recruter des souscripteurs.

Toute cette côte faisait partie de la commune de La Teste, dont Arcachon avait été détachée en 1857. Je pris donc contact avec le docteur Aristide Ichard, maire de La Teste, qui donna son accord pour la construction d’un temple sur cette côte. Il me conseilla plutôt le Cap-Ferret, qui disposait, à l’époque, de davantage de terrains libres appartenant à la commune que le Canon, par exemple. L’adjoint spécial pour le Cap-Ferret (Mr. Michaud, pâtissier au Cap Ferret), après que je lui eusse fait plusieurs visites, nous offrit, le 31 janvier 1958, un peu plus de 1000 m2 pris sur l’angle du Camping Municipal (location emphytéotique, 99 ans loyer 1 F/an).

Je fis baliser le terrain par un géomètre-expert. Un maçon protestant du Cap-Ferret (M. Polzen) offrit et exécuta la clôture (poteaux en ciment et treillage). On pouvait publier l’affaire et ouvrir la souscription. »

Prospectus pour la souscription du temple protestant du Cap Ferret (Fonds Reinhard Behrens, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

« Nous cherchions aussi un architecte. Plusieurs furent contactés. Nous choisîmes le projet que nous proposait Jean-Claude Allin, de Paris, par ailleurs, organiste de l’Eglise du Foyer de l’Aure. La gestion de l’affaire était directement sous mon contrôle, et financièrement intégrée dans les finances de l’Eglise Réformée d’Arcachon. Un comité de Fondation avait été constitué, sous ma présidence effective et chapeauté par la présidence d’honneur que le pasteur Pierre Bourguet avait bien voulu accepter. Une certaine aide nationale et régionale nous fut accordée, ainsi qu’une importante contribution de l’organisme suisse E.P.E.R. (Entraide Protestante aux Eglises ruinées) de Lausanne.

Le principal effort vint des souscriptions privées, en tête desquelles figurait celle de nos amis Roullet, dont la fille Maud (Mme Philippe Kressmann) était membre de notre comité (elle devait prématurément disparaître en 1965). Nous avions, au Conseil Presbytéral, décidé de vendre l’immeuble Noël (en accord avec l’Association des pasteurs de France) pour boucler définitivement ce budget. En fait, cette vente ne put intervenir qu’après mon départ, sous le ministère de Jean-Claude Ribagnac. »

Les travaux

« Les travaux débutèrent au début de 1963. Dans le chantier non terminé eurent lieu les cultes de Pâques et de Pentecôte. Enfin, au début de l’été, l’édifice fut terminé (sauf les bancs qui furent exécutés et, si j’ai bien compris, offert par notre ami Jean-Roger Koechlin, conseiller presbytéral, charpentier au Cap-Ferret, déjà auteur, dans le cadre normal d’un marché, de la charpente et de la menuiserie de l’ensemble de l’édifice). »

Le temple protestant du Cap Ferret à Pâques 1963 (fonds David Lawton, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

« En accord avec le président du Conseil National, j’avais prévu (outre l’usage du temple pour le culte) un appartement complet en contrebas. Il était destiné :

1° – à recevoir un pasteur en vacances, pendant les mois de juillet-août, acceptant en contrepartie du logement d’assurer 3 cultes au Cap-Ferret et 1 à Arcachon, le titulaire du poste (n’était pas en vacances en juillet/août !) assurant 1 culte, en échange de chaire avec son collègue vacancier

2° – à recevoir hors saison un pasteur en post-convalescence, en repos pour cause de santé, pouvant ainsi bénéficier gracieusement du climat, quelques semaines, voire quelques mois. Le 2ème poste d’utilisation avait beaucoup intéressé P. Bourguet et il était convenu que cette utilisation-là de l’appartement serait gérée directement par Paris. J’ai quitté Arcachon un an après l’inauguration de ce temple, et je crois bien que l’appartement n’a jamais été utilisé selon le point 2 clairement défini entre Paris et Arcachon. C’est dommage…

Notons que la table de communion, conçue et exécutée (et amenée sur place) a été offerte par Norbert Chazel, ébéniste d’art à Marsillargues, un de mes anciens paroissiens. La croix qui orne le mur du fond a été offert par le ménage Albert Volfard – Hélène Granet (Agence du Cap-Ferret) où nous avons tant de fois célébré les cultes. La cloche, enfin, provient de l’ancien temple de Guiard (Algérie) pour lequel elle avait été spécialement fondue au siècle dernier, et qui nous avait été expédiée par mon ami Eric Perrenoud, qui fut le dernier pasteur d’Oran. »

La table de communion (fonds David Lawton, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

La table de communion gravée d’une croix huguenote (fonds David Lawton, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

L’inauguration

« Enfin, le dimanche 7 juillet 1963, nous inaugurions, solennellement notre nouvel outil de travail, sous la présidence de Pierre Bourguet, belle journée dont je garde un souvenir reconnaissant. Après la cérémonie une cinquantaine d’entre nous, y compris Bourguet et Ichard, dînions « aux 3 canards » à Arès, alors tenu par nos paroissiens René et Odette Gerreau. »

Inauguration du temple protestant du Cap Ferret en juillet 1963 (fonds David Lawton, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)
Au premier plan, de gauche à droite : Georges Lafférère, conseiller presbytéral d’Arcachon ; Marguerite Molinié ; Jeanne Dougados, ancienne conseillère presbytérale d’Arcachon.

Inauguration du temple protestant du Cap Ferret en juillet 1963 (fonds David Lawton, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)
Le pasteur Du Pasquier introduit la cérémonie. A sa gauche, assis seul, Aristide Ichard, maire de La Teste.

 

Votre histoire, notre mémoire

« Les souvenirs d’un homme constituent sa propre bibliothèque. »
Aldous Huxley, écrivain anglais (1894-1963)

Si vous avez des photos, des documents à nous faire partager ou des anecdotes à nous raconter sur les prêtres qui ont servi sur la commune, n’hésitez pas à nous rendre visite ou à nous contacter ! Vos souvenirs nous permettront de mieux faire connaître l’histoire de notre commune.

Contribuez à enrichir cet article !
Service des archives
79 avenue de la Mairie, Lège bourg
archives.ad@legecapferret.fr
05.57.17.07.80

Sources et références

Les Archives municipales de Lège-Cap Ferret :

  • Fonds David Lawton
  • Fonds Reinhard Behrens

 

Télécharger le document (PDF)

Retrouvez toutes les archives du mois sur cette page.

Retour à la liste des actualités

Restez connecté(e)

Inscrivez-vous à nos services d’informations en ligne pour ne manquer aucun évènement important.