Accueil
Accueil Menu

L'archive du mois de décembre 2017 !

Le presbytère de l'Herbe (coll. Luc Dupuyoo)
Lumière sur...Le presbytère de l'Herbe. Ce mois-ci, découvrez l'histoire du presbytère de la Villa Algérienne et de ses occupants.
Publié le lundi 04 décembre 2017

LES ARCHIVES COMMUNALES DE LÈGE-CAP FERRET ONT POUR VOCATION DE CONSERVER LES ARCHIVES PUBLIQUES, MAIS AUSSI DES DOCUMENTS PRIVÉS, UNIQUES ET PARFOIS PERSONNELS. TOUS LES MOIS, DÉCOUVREZ UN DOCUMENT INÉDIT SUR VOTRE COMMUNE ! PAR SON INTÉRÊT HISTORIQUE, SON ASPECT ESTHÉTIQUE, OU SON ORIGINALITÉ, CE DOCUMENT TÉMOIGNE DE LA MÉMOIRE LOCALE.

Lumière sur…Le presbytère de l'Herbe

Il ne reste de certains ensembles bâtis qu'une pierre, une inscription. Ces vestiges toujours visibles sont à chérir et à conserver précieusement car ils sont les derniers témoignages des riches heures de la vie d'un village. La revue Presqu'île n°68 vous fera (re)découvrir certains pans de notre patrimoine. Les anciennes églises de Lège, la croix de Claouey, le canon du Canon… autant de trésors de notre passé qui ne sont pas tombés dans l'oubli. Le village de l'Herbe cache encore des vestiges du fabuleux domaine de Léon Lesca. La Chapelle de la Villa Algérienne n'en est pas le seul témoin encore existant. Il reste également le presbytère à l'entrée du village ostréicole de l'Herbe, occupé par l'abbé Noailles puis par les membres de la famille Lesca.

L'abbé Noailles et le presbytère

LHerbe - Les communiants et M. le CuréEn 1885, Léon Lesca fit construire la chapelle Sainte-Marie-du-Cap, de style mauresque, destinée au culte catholique, pour sa famille et ses nombreux employés. Le premier et seul chapelain que connut cette chapelle fut l'abbé Noailles, originaire de Bazas. Ce jeune prêtre était atteint de tuberculose pulmonaire, et les médecins ne lui accordaient qu'une espérance de vie réduite. Il atteindra pourtant l'âge respectable de 86 ans.

Robert Cottin, arrière-petit-fils de Léon Lesca, se souvient de l'abbé Noailles :

C'était un personnage étonnant doué d'une mémoire peu commune. N'étant qu'un piètre orateur, il avait appris par cœur 52 sermons (plus ceux des fêtes) et chaque année, à l'époque des vacances, nous retrouvions le même sermon ! Il savait aussi par cœur les horaires et numéros de tous les trains du réseau du Midi. On pouvait également lui poser un problème de calcul arithmétique du genre : 493 x 257 ; il se servait de ses doigts comme machine à calculer et donnait le résultat exact en quelques secondes.

Carte postale : L'Herbe - L'abbé Noailles et les communiants devant la Chapelle en 1903 (coll. Luc Dupuyoo)

En 1903, les dominicains du Moulleau qui desservaient la chapelle Notre-Dame-des-Flots au Cap Ferret furent expulsés sous le ministère Combes. L'abbé Noailles exerça alors les fonctions de curé du Cap Ferret bien qu'il n'eut aucun titre officiel et que la commune était à cette époque rattachée à Notre-Dame d'Arcachon, le Cap Ferret ne devenant une paroisse qu'en 1936.

Plan de situation du presbytère

L'abbé Noailles logeait à proximité de la Chapelle de la Villa Algérienne. Il disposait d'un presbytère sur un terrain situé à l'entrée du village de l'Herbe, à deux pas de l'Hôtel de la Plage. C'était une simple cabane en bois en bord de plage, appartenant à Léon Lesca, qui a vraisemblablement été construite en même temps que la Chapelle.

Plan de situation du presbytère


Le presbytère de lHerbe (coll. Luc Dupuyoo)

Photo : L'Herbe - Le presbytère (coll. Luc Dupuyoo)

Guy de Pierrefeux, de son vrai nom Daniel Auschitzky (1864-1937), écrivain et conseiller municipal d'Arcachon, a vécu la plus grande partie de sa vie sur le Bassin d'Arcachon. Son roman Terre d'amour, publié en 1924, met en scène M. et Mme Caillaux pendant un séjour à Arcachon. L'auteur y évoque l'abbé Noailles et son presbytère :

Ils entrèrent ainsi dans le jardin du presbytère où le curé qui avait le teint hâlé d'un pêcheur de la côte taillait ses rosiers d'une main rude. Il salua ses paroissiens « In partibus infidelium », c'est ainsi qu'il désignait les couples qui venaient passer la nuit dans l'unique hôtel de sa paroisse exotique.


Charles Lesca et la villa L'Ermitage

Lorsque Frantz Lesca vendit la Villa Algérienne en 1953, son frère Georges, qui l'occupait alors, aurait trouvé refuge quelque temps dans le presbytère. Nous retrouvons la trace de ce presbytère dans un permis de construire datant de 1965. A la mort de Georges Lesca en 1965, l'ancien presbytère devint la propriété de Charles Lesca, son fils (et donc petit-fils de Léon Lesca). Le presbytère s'appelait alors la villa l'Ermitage.

Venise - Palais Clary (mai 2013, Didier Descouens)A l'époque, Charles Lesca était Consul général de France à Venise ! Il logeait au Palazzo Clary Zattere (le Palais Clary). Ce palais vénitien, de style Renaissance, appartenait à la famille Clary-Aldringen. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France y installa son consulat. Le consulat de France fut fermé en 2001 pour devenir un consulat honoraire, situé depuis dans le Palazzo Morosini del Pestrin.

Au gré de nos recherches sur Internet, nous avons pu retracer une partie de sa carrière diplomatique :

1935-1937 : Consul suppléant à Alexandrie (Egypte)

1937-1940 : Vice-consul chargé des fonctions d'attaché d'ambassade à Tokyo (Japon)

1960-1966 : Consul général de France à Venise (Italie)

Il assiste en 1963 au 12ème Festival de Film de Montagne à Trente (Italie)

1967-1970 : Ambassadeur de France au Salvador

Photo : Venise - Palais Clary (mai 2013, Didier Descouens)

Charles Lesca a hérité de ce goût pour la diplomatie par sa famille maternelle. Sa mère Denise Lesca était la fille d'Arsène Henry (1848-1931). Ce haut fonctionnaire et diplomate français fut nommé ambassadeur de France en Roumanie en 1897, poste qu'il occupa pendant sept ans. De 1904 à 1907, il fut directeur des consulats et des affaires commerciales du ministère des Affaires étrangères. En 1907, il fut nommé ambassadeur en Suède. Son fils, Charles Arsène Henry (1881-1943), oncle de Charles Lesca, commença sa carrière diplomatique en tant que secrétaire d'ambassade à Lima, puis à Bucarest et conseiller à Tokyo. Il devint ministre de France au Danemark en 1934, puis ambassadeur de France à Tokyo de 1936 jusqu'à sa mort en 1943.

Grand propriétaire foncier, Charles Lesca possédait de nombreux terrains sur la presqu'île, dont celui sur lequel il fit construire le lotissement de La Lède des Oies à Claouey à la fin des années 1970. Ce terrain lui avait été légué en héritage pas son père, Hubert Léon Lesca. Le 16 juillet 1980, sur proposition de la commission municipale de la voirie, qui avait préalablement recueilli l'avis de l'Association Syndicale des propriétaires du lotissement de La Lède des Oies, le Conseil Municipal procéda à la dénomination des voies et places publiques de ce lotissement. L'une des voies fut ainsi nommée Avenue Charles Lesca en hommage à son propriétaire.

(La villa L'Ermitage est toujours une propriété privée, mais elle n'appartient plus à la famille Lesca)

Remerciements

Un grand merci à Mme Françoise Cottin qui nous a accordé de son temps pour nous faire partager ses connaissances sur l'abbé Noailles.

Votre histoire, notre mémoire

"Les souvenirs d'un homme constituent sa propre bibliothèque."

Aldous Huxley, écrivain anglais (1894-1963)

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, les Archives municipales de Lège-Cap Ferret préparent une grande exposition pour novembre 2018. Nous lançons une grande opération de collecte d'archives relatives à ce conflit. Nous faisons appel à vos archives familiales de la Grande Guerre, si vous en détenez (journaux intimes, lettres, livrets militaires, photographies, cartes postales, uniformes, objets de tranchée etc.). Vous pouvez participer à la valorisation de l'histoire et de la mémoire de Lège-Cap Ferret en enrichissant de vos documents les archives municipales.

Contactez-nous !

Service des archives

79 avenue de la Mairie, Lège bourg

archives.ad@legecapferret.fr

05.57.17.07.80

Sources et références

Les Archives municipales de Lège-Cap Ferret

  • Délibérations du Conseil Municipal de Lège
  • Dossier du lotissement de La Lède des Oies à Claouey
  • Collection Luc Dupuyoo (cartes postales et photographies)
  • François et Françoise Cottin, Le Bassin d'Arcachon : A l'âge d'or des villas et des voiliers, Editions L'Horizon Chimérique, 2003
  • Luc Dupuyoo, Lège-Cap-Ferret, collection Mémoires en images, Editions Alan Sutton, 2003
  • Société Historique et Archéologique d'Arcachon et du Pays de Buch, bulletin n°86, 4ème trimestre 1995
  • Max Baumann, La côte noroît, Editions Equinoxe, 1999

Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF

  • Journal officiel de la République française du 20 octobre 1935
  • Journal officiel de la République française du 2 septembre 1937
  • Journal officiel de la République française du 25 octobre 1940
  • La Montagne et Alpinisme d'octobre 1963
Site Internet de l'Ambassade de France au Salvador : https://sv.ambafrance.org/Liste-chronologique-des


Création site Internet mairie