L’archive du mois de juin 2020 !

Actualités

Lumière sur… Le jumelage Lège-Cap Ferret – Sandhausen

LES ARCHIVES MUNICIPALES DE LÈGE-CAP FERRET ONT POUR VOCATION DE CONSERVER LES ARCHIVES PUBLIQUES, MAIS AUSSI DES DOCUMENTS PRIVÉS, UNIQUES ET PARFOIS PERSONNELS. TOUS LES MOIS, DÉCOUVREZ UN DOCUMENT INÉDIT SUR VOTRE COMMUNE ! PAR SON INTÉRÊT HISTORIQUE, SON ASPECT ESTHÉTIQUE, OU SON ORIGINALITÉ, CE DOCUMENT TÉMOIGNE DE LA MÉMOIRE LOCALE.

Après deux mois d’absence, l’archive du mois revient en commémorant les 40 ans du jumelage entre Lège-Cap Ferret et la ville allemande de Sandhausen. 40 ans d’amitié, de rencontres sportives et d’échanges scolaires.

Replongez-vous dans les origines de ce jumelage franco-allemand.

Les débuts de la réconciliation franco-allemande

Des siècles durant, l’Allemagne était perçue comme « l’ennemi héréditaire » de la France, une inimitié qui a entraîné de nombreux conflits (guerre de 1870, deux Guerres Mondiales). Aux lendemains de la Seconde Guerre Mondiale, des efforts de rapprochement sont entrepris par les deux pays afin d’éviter une nouvelle guerre et de mettre enfin un terme au revanchisme.

Le 22 janvier 1963, le traité de l’Élysée, signé par le chancelier allemand Konrad Adenauer et le président français Charles de Gaulle, officialise la réconciliation franco-allemande. C’est un pas supplémentaire dans la relation de confiance et d’amitié établie entre les deux pays depuis une dizaine d’années, déjà unis sur le plan économique (Communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951, Communauté économique européenne en 1957). Le couple franco-allemand devient le moteur de la construction européenne.

Pour entériner l’amitié entre les peuples, des programmes de jumelage et d’échange franco-allemands débutent dès 1958. A la fin des années 1970, deux communes du Bassin d’Arcachon sont déjà jumelées à des villes allemandes : Arcachon à Goslar (1965), Andernos à Nussloch (1977). La toute nouvelle commune de Lège-Cap Ferret n’est encore jumelée à aucune ville, bien qu’un premier projet de jumelage avait été envisagé avant la réunification de Lège et du Cap Ferret. Jacques Milet, créateur du petit train du Cap Ferret, l’évoque dans une lettre adressée au maire Robert Cazalet :

« Il y a quelques années, je me rappelle d’avoir été vous rendre visite avec le Professeur Rohr (dont le fils joue actuellement aux Girondins de Bordeaux) en vue d’un jumelage avec un autre bourg un peu plus important. Mais le Cap-Ferret n’était pas encore réuni à Lège. Cet endroit : Schönau se trouvait également à environ 15 kms de Heidelberg (Est) dans les premiers contreforts de la chaîne de l’Odenwald. Le cadre était beaucoup plus joli par son terrain mouvementé. Il avait été choisi par Monsieur Rohr parce que Schönau abrite la classe de plein air (Landheim) du lycée de Mannheim. Cela paraissait intéressant pour nous, toujours au point de vue touristique à cause des parents des élèves du lycée. »

Comment bien choisir sa ville jumelée ?

Fondé le 28 janvier 1951, le Conseil des communes d’Europe conseille et guide les communes dans leur projet de jumelage. Il agit comme une sorte d’entremetteur en proposant des villes en fonction de leurs profils respectifs. Pour qu’un jumelage soit réussi, le choix du partenaire est primordial : les deux villes doivent se compléter et s’équilibrer. C’est le cas pour Lège-Cap Ferret et Sandhausen.

Lège-Cap Ferret Sandhausen
  • Située en Gironde, station touristique entre le Bassin d’Arcachon et l’Océan Atlantique
  • Commune récemment réunie. Village de Lège remontant à l’an mil. 
  • 6 000 habitants en 1979
  • Plusieurs écoles élémentaires
  • Important centre d’ostréiculture ; tourisme ; culture du pin, gemmage.
 
  • Située dans la province du Bade-Wurtemberg, en République Fédérale Allemande
  • Fondée aux alentours de 1200 ; totalement ravagée par le feu de 1689 lors de la guerre de succession (seule rescapée, une église du 13ème siècle).
  • 12 000 habitants en 1979
  • 1 lycée, 1 école spécialisée pour handicapés intellectuels
  • Le plus important centre de culture de houblon en pays de Bade ; culture des asperges et du tabac ; industrie (cigares, contre-plaqué, feuilles de placage) ; séchage (épices et champignons).

Les pères du jumelage Lège-Cap Ferret – Sandhausen

A gauche, Robert Cazalet, maire de Lège-Cap Ferret  (photo Garcia, Bordeaux, fonds photographique mairie, Archives municipales de Lège-Cap Ferret).
A droite, Walter Reinhard, bourgmestre de Sandhausen (photo issue du Bemeinde Nachrichten n°30, juillet 1987, Archives municipales de Lège-Cap Ferret).

Robert Cazalet est né le 19 octobre 1924 à Bègles. Au cours de ses quatre mandats de maire de Lège-Cap Ferret (1972-1995), de nombreuses infrastructures communales ont été créées comme le collège Georges Pompidou ou le foyer Alice Girou. Il fut également député de la Gironde, conseiller général du canton d’Audenge et président du Syndicat intercommunal du Bassin d’Arcachon (S.I.B.A.). L’assainissement du bassin aura d’ailleurs été « la grande œuvre » de celui que l’on surnommait l’Empereur du Bassin. Robert Cazalet décède le 18 octobre 2012.

Né le 24 septembre 1915, Walter Reinhard fut le bourgmestre de Sandhausen de 1954 à 1981. Il est décédé le 14 juillet 1987. La place Walter Reinhard au Cap Ferret, ex-place du Centre, est inaugurée en 1987 en présence d’Eric Bertsh, bourgmestre de Sandhausen à l’époque, de Mme Reinhard et de son fils. Une stèle est érigée en mémoire de Walter Reinhard, portant ce message :

Walter Reinhard
1915-1987
Maire de Sandhausen (R.F.A.)
Allemand Pionnier de l’Europe
Ami de la France
Père du Jumelage
Sandhausen
Lège-Cap Ferret
En mai 1980

Lège-Cap Ferret – Sandhausen : les origines

15 mai 1979 : premiers contacts

Robert Cazalet se rapproche de M. Schlenker, maire de Nussloch, pour jouer les entremetteurs entre Sandhausen et Lège. Nussloch, jumelée à Andernos, n’est distante que de quelques kilomètres de Sandhausen. Sa lettre est bien transmise par la suite au bourgmestre de Sandhausen ; Walter Reinhard lui répond en août 1979 que son conseil municipal est favorable à ce jumelage.

11 octobre 1979 : présentation du projet de jumelage

Le choix de Sandhausen a remporté le suffrage unanime des conseillers municipaux de Lège.

Novembre 1979 : accueil de la délégation allemande

Du 7 au 10 novembre, la municipalité de Lège accueille la délégation allemande de Sandhausen, composée du bourgmestre Walter Reinhard, de deux conseillers municipaux, du secrétaire général de la Préfecture et d’un interprète. Les invités se montrent vivement intéressés par la vie ostréicole et les différents complexes sportifs, et sont stupéfaits par toutes ces mairies pour une seule commune ainsi que par l’imposante étendue du territoire.

Janvier 1980 : accueil de la délégation française

Du 8 au 11 janvier, c’est au tour de Sandhausen d’accueillir la délégation de Lège. Le conseil municipal entend promouvoir les relations culturelles et sportives entre les deux communes. En avril 1980, une première rencontre sportive est par ailleurs organisée à Lège entre les deux équipes d’handball. Pour certains des jeunes Allemands, c’est la première fois qu’ils découvrent l’Océan.

2 mai 1980 : cérémonies de jumelage à Lège

La délégation allemande de Sandhausen arrive à Lège le 30 avril 1980. La cérémonie de jumelage se déroule dans l’après-midi du vendredi 2 mai 1980. Des nouveaux panneaux de signalisation marquant l’agglomération et le jumelage sont posés aux deux entrées du village de Lège (sur le CD106 en venant d’Arès et du Porge).

Poignée de main entre Walter Reinhard et Robert Cazalet devant le nouveau panneau de signalisation, 2 mai 1980 (photo Romain Peyras, Sud-Ouest du 19 août 1985, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

La foule rejoint ensuite le cimetière de Lège où se tient une cérémonie en hommage à tous les morts, Français et Allemands. Puis, sous le chapiteau installé place Bertic, les deux maires prêtent serment et signent le parchemin scellant le jumelage, en présence de Xavier Bertrand, sous-préfet de Bordeaux, et d’Helmut Arndt, consul de la R.F.A. Dans son discours, Walter Reinhard fait l’analogie entre un jumelage réussi et un mariage heureux :

« Pour être solides, les jumelages ont besoin, tout comme une union matrimoniale appelée à bien fonctionner, d’un examen préalable, sérieux et approfondi. C’est seulement lorsqu’on éprouve fortement le sentiment d’avoir trouvé le partenaire idéal pour cheminer ensemble toute une vie que le moment est venu de contracter le mariage.
Je crois que pour nos deux communes, la rencontre a eu pour conséquence le « coup de foudre » amoureux qui a conduit, lui-même, au jumelage que nous venons de conclure. Car nos premiers contacts furent si cordiaux, si francs et si sincères que plus aucun doute ne subsistait pour nous : nous avions trouvé le véritable partenaire. »

Une grande fête clôture cette première journée de jumelage.

En mai 1980, la place Sandhausen, située face au marché de Piraillan, est inaugurée. A ce sujet, Jacques Milet avait donné quelques idées quant à l’emplacement d’une place ou avenue au nom de la ville jumelle au maire de Lège :

« La ville de Manheim est en effet jumelée avec celle de Toulon et à cette occasion, il y a eu un échange de noms de rues ou places. Ainsi à Toulon, il y a la place de Manheim et dans cette dernière ville, il y a la Toulonplatz, ex place de la Mairie. A Heifelberg, il y a la Montpellierplazt.
Très certainement à Sandhausen, il y aura la Place de Lège et il faudra bien ici la réciproque.
Une idée toute simple m’est venue à la vue de cette photo : Puisque le début de l’avenue de l’Océan près du débarcadère va être refaite, pourquoi ne pas l’appeler Promenade ou Allée de Sandhausen ? Avec tous les touristes allemands que nous avons l’été, cette attention leur serait très certainement très agréable. »

16 mai 1980 : cérémonies de jumelage à Sandhausen

Une cérémonie identique est organisée à Sandhausen pour célébrer le jumelage : mise en place de nouveaux panneaux ; inauguration de la place Lège-Cap Ferret ; dépôt d’une couronne au Monuments aux Morts ; prestation de serment et signature du parchemin ; allocutions de Walter Reinhard, Robert Cazalet et du Dr Lothar Gaa, vice-président du landtag ; buffet et grande fête populaire avec soirée dansante.

Walter Reinhard et Robert Cazalet inaugurant les panneaux de signalisation et la place Lège-Cap Ferret à Sandhausen (fonds photographique mairie, Archives municipales de Lège-Cap Ferret)

 

Votre histoire, notre mémoire

“Les souvenirs d’un homme constituent sa propre bibliothèque.”
Aldous Huxley, écrivain anglais (1894-1963)

Si vous avez des photos à nous faire partager, des anecdotes à nous raconter sur le jumelage avec Sandhausen (ou Ubeda), n’hésitez pas à nous contacter ou à nous rendre visite ! Vos souvenirs nous permettront de mieux faire connaître l’histoire de notre commune.

Contribuez à enrichir cet article !
Service des archives
79 avenue de la Mairie, Lège bourg
archives.ad@legecapferret.fr
05.57.17.07.80

Sources et références

Les Archives de Lège-Cap Ferret:

  • Délibérations du Conseil Municipal de Lège-Cap Ferret
  • Dossier sur le jumelage Lège-Cap Ferret / Sandhausen
  • Fonds photographique de la mairie
  • Dossier de presse de la mairie (Sud-Ouest)

 

Télécharger le document (PDF)

Retrouvez toutes les archives du mois sur cette page.

Découvrez le patrimoine communal à travers « La petite collection » !

Retour à la liste des actualités

Restez connecté(e)

Restez informé, inscrivez-vous à notre lettre d’information, je m’inscris !